Éjaculation précoce

L'éjaculation précoce sans filtre ni tabou


Croyez-le ou non, l’éjaculation précoce (EP) est encore taboue en 2024. Surprenant, n’est-ce pas ? On aime penser que les mentalités ont évolué et que comme société, nous avons dépassé certains stéréotypes de virilité toxique, mais les préjugés ont la vie dure. C’est une des raisons qui fait que ce trouble est peu traité, car plusieurs hommes n’osent même pas en parler. Pourtant, c'est un problème plutôt répandu, puisqu'il touche 1 homme sur 3. 


Voici un guide complet pour mieux comprendre l’éjaculation précoce : définitions, causes, conséquences et solutions, vous saurez tout. Le mot à retenir ici : SOLUTION, car plusieurs traitements existent. Il est possible de remédier ou en tout cas d’améliorer considérablement les effets négatifs d’un trouble d’éjaculation précoce. 


La première étape, et la plus importante, consiste à en parler pour pouvoir être traité. Cette décision est le début d’un parcours vers une sexualité pleine, entière et satisfaisante.


L'éjaculation précoce : entre expérience personnelle et chronomètre


Définissons d’abord ce qu’est l’éjaculation précoce selon la littérature scientifique. Auparavant établi sur une référence de durée, soit moins d’une minute à partir du début de la pénétration jusqu’au moment de l’éjaculation, cet aspect a été abandonné pour inclure une notion plus subjective selon l’expérience vécue.  On parle donc maintenant de l’émission involontaire du sperme survenant plus tôt que souhaité pendant les rapports sexuels. Le diagnostic repose également sur les impacts psychologiques tels que la détresse personnelle ou relationnelle vécue. 


Trouble primaire, secondaire ou naturel 


Il existe trois types définis d’éjaculation précoce (EP) : primaire, secondaire et naturelle, ainsi que des causes adjacentes. 


L’EP primaire est une difficulté qui survient dès le début de la vie sexuelle active. Différentes raisons peuvent l’expliquer :


  1. hypersensibilité du réflexe éjaculatoire ou du gland
  2. facteurs génétiques ou héréditaires
  3. niveau de sérotonine
  4. expériences sexuelles précoces
  5. anxiété de performance
  6. problèmes de communication
  7. problèmes relationnels
  8. éducation sexuelle inadéquate

L’EP secondaire se développe après une période de fonctionnement normal. Elle peut être causée par :


  1. problèmes de santé
  2. effets secondaires de médicaments
  3. traumatisme ou événement stressant
  4. anxiété de performance circonstancielle
  5. difficultés relationnelles
  6. dépression 
  7. mauvaise communication sexuelle
  8. changements hormonaux

 

Enfin, l'EP naturelle réfère à la variation de la réponse sexuelle. Les chercheurs mentionnent que certains hommes ont une réponse sexuelle plus rapide de manière naturelle sans qu’il y ait de facteurs particuliers qui l’expliquent. 

Quand faire l’amour rend nerveux 


L'éjaculation précoce a plusieurs effets négatifs pour les hommes qui en souffrent tant sur le plan physique que psychologique. Ils peuvent éprouver une baisse de confiance en eux, en particulier dans des contextes sexuels, ce qui peut amenuiser leur estime de soi globale. 


L'anticipation du problème entraîne du stress et de l'anxiété avant et pendant les rapports sexuels, contribuant souvent à aggraver le problème. Certains hommes évitent les rapports sexuels pour ne pas subir l'anxiété liée à la performance et s’exposer à des déceptions personnelles.


Les difficultés relationnelles sont fréquentes. Les partenaires ressentent de la frustration, de l'incompréhension ou même de la détresse si le problème n'est pas abordé ni traité. De la même façon, le trouble entraîne frustration et sentiment d’incompétence chez l'homme, en particulier s'il perçoit cela comme un échec de sa part. Comme les rapports sexuels sont interrompus prématurément, la satisfaction sexuelle est compromise tant pour l'homme que pour son ou sa partenaire.


Comme on peut le constater, l’éjaculation précoce nuit à la qualité de vie générale, affectant le bien-être émotionnel et psychologique des hommes qui vivent avec cette réalité. C’est pourquoi un soutien professionnel, que ce soit auprès d'un sexologue, d'un thérapeute ou d'un professionnel de la santé, est conseillé pour minimiser les impacts néfastes et trouver des solutions adaptées.


Retrouver du plaisir : explorer les traitements de l'éjaculation précoce


Les causes de l’éjaculation précoce sont variées, ce qui signifie qu'il n'y a pas de solution unique qui fonctionne pour tout le monde. Les différents traitements visent une amélioration de la durée de l'acte sexuel, de la satisfaction du patient et de son ou sa partenaire, ainsi que d’un impact positif global sur la qualité de vie sexuelle. 


Voici les traitements les plus courants : 


  1. Médicaments : certains médicaments, tels que les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine comme la dapoxétine, peuvent être prescrits. Ces médicaments peuvent avoir un taux de succès significatif en prolongeant le temps avant l'éjaculation. 

  1. Thérapie comportementale : la thérapie cognitivo-comportementale (TCB) vise à modifier les schémas de pensée et les comportements associés à l'EP. Les études ont montré que la TCB peut être efficace, avec des améliorations notables chez certains patients.

  1. Thérapie sexuelle : les séances de thérapie sexuelle, qui peuvent impliquer la participation du ou de la partenaire, sont conçues pour aborder les aspects psychologiques et relationnels de l’EP. Ces thérapies ont montré des résultats positifs pour de nombreux couples.

  1. Techniques comportementales et physiques : des techniques spécifiques, telles que la technique du « stop and go » ou la technique de compression, aident les hommes à développer un meilleur contrôle éjaculatoire. Des exercices de méditation, de respiration ou de renforcement du plancher pelvien permettent généralement d’augmenter l’endurance sexuelle. 

  1. Combinaison de méthodes : dans de nombreux cas, une approche combinée, par exemple, l'utilisation de médicaments en plus de la thérapie cognitivo-comportementale, est généralement plus efficace que l'utilisation d'une seule méthode.

Le taux de succès des traitements varie en fonction des méthodes utilisées et des caractéristiques individuelles de chaque personne.  La réussite du traitement dépend aussi de la régularité et de la persévérance dans la mise en œuvre des recommandations thérapeutiques. 


Des outils complémentaires pour retarder l’éjaculation


Plusieurs jouets sexuels ou produits sont utilisés pour retarder l’éjaculation. Bien que ces accessoires n’offrent pas de traitement en profondeur, ils peuvent soutenir les efforts pour prolonger les rapports sexuels.  Certains hommes trouvent que l'utilisation d'un anneau pénien peut retarder l'éjaculation en réduisant la sensibilité du pénis. Des analgésiques topiques aident aussi à améliorer l’endurance sexuelle. Floravi a développé un vaporisateur désensibilisant, un produit complémentaire aux stratégies précédentes. 


En brisant le silence et en cherchant un soutien professionnel, les hommes peuvent non seulement traiter l'éjaculation précoce, mais également restaurer leur confiance, réduire le stress et l'anxiété, et améliorer leurs relations intimes et sexuelles. La clé du succès réside dans la prise de conscience, l'acceptation de l'aide disponible et l'engagement envers le processus de guérison. En parlant ouvertement de ce trouble, nous contribuons collectivement à changer les mentalités et à éliminer ce tabou tenace autour de la santé sexuelle des hommes.


Source : Revue médicale Suisse, La fondation pour la santé des hommes, Le sexe et moi

Article précédent Article suivant

Laisser un commentaire