La santé sexuelle est essentielle pour un bien-être complet et satisfaisant. C’est pourquoi Floravi souhaite vous informer davantage sur les différents tests et examens à effectuer pour vous assurer d’une parfaite santé physique et mentale. Vous verrez rapidement que de prendre du temps pour soi vous apportera plus d’avantages que d’inconvénients!

 

Le test PAP

Autres noms : cytologie gynécologique, frottis cervicovaginal ou le test Papanicolaou, d’où son acronyme PAP.

L’examen est réalisé par qui? Le test peut être réalisé par votre médecin de famille ou votre gynécologue.

Pourquoi faire le test? Il permet de déceler les cellules anormales, précancéreuses ou cancéreuses se trouvant dans la région du col de l’utérus.

Qui doit faire le test? Au Québec, il est suggéré de faire le test suivant les premières activités sexuelles ou dès 21 ans. À noter que même si vous avez été vaccinée contre le VPH, le test est nécessaire puisque le vaccin ne couvre pas tous les types de VPH pouvant être transmis sexuellement. Cependant, il est intéressant de savoir que le vaccin du VPH se trouve être plus efficace s’il est reçu avant le début de toute activité sexuelle.

À quelle fréquence doit-on faire le test? Il est recommandé de faire le test annuellement à partir de 21 ans. Si vous avez le même partenaire sexuel et que vos habitudes de vie n’ont pas changé, votre médecin pourrait vous proposer de faire le test aux deux ans. Le test PAP est fortement recommandé entre l’âge de 21 et 69 ans.

Que faut-il savoir avant l’examen? Le test ne devrait pas être réalisé lors de vos règles menstruelles, vous devez donc prévoir la date de votre rendez-vous judicieusement. Il est déconseillé d’utiliser une douche vaginale 24 heures précédant l’examen. De plus, comme avec tout examen vaginal, nous vous conseillons d’uriner avant d’être examinée. Finalement, il est judicieux d’apporter une serviette hygiénique dans l’éventualité où l’examen provoque des saignements vaginaux légers. 

Est-ce douloureux? Ce test ne provoque généralement pas de douleur, mais plutôt de l’inconfort.

Quelle est la durée du test? Le test dure entre 5 et 10 minutes.

Comment ça se passe? D’abord, le médecin va apposer du lubrifiant sur le spéculum (instrument médical fait de métal ou de plastique transparent) et l’insèrera dans la cavité vaginale. Puis, il l’ouvrira suffisamment pour avoir accès au col de l’utérus avec un coton-tige pour récupérer des cellules qu’il déposera par la suite sur une lame pour analyse.

Que faut-il savoir sur les résultats? Il se peut que les résultats de votre examen révèlent la présence de cellules anormales.  Le médecin peut alors suggérer que vous passiez un deuxième test plus approfondi, soit une colposcopie ou bien une prise de sang pour confirmer la nature de ces cellules. Si les anomalies sont toujours présentes, il faudra investiguer davantage.

 

 

Le test de mammographie

L’examen est réalisé par qui? Le test est réalisé par un(e) technologue. Cependant, il ou elle ne pourra pas commenter avec vous le contenu des radiographies. C’est votre médecin ou un(e) infirmier(ère) praticien(ne) spécialisé(e) qui constatera les données et vous fera part des résultats finaux.

Pourquoi faire le test? Le cancer du sein est l’un des cancers responsables du plus grand nombre de décès chez les femmes au Canada. La mammographie est un test qui peut être réalisé avec ou sans symptôme afin de déceler la présence d’un cancer de façon préventive.

Qui doit faire le test et à quelle fréquence? La Société canadienne du cancer recommande aux femmes âgées entre 50 et 69 ans de passer une mammographie tous les deux ans. Durant cette période, le test est offert gratuitement. Cependant, si vous avez des antécédents de cancer du sein auprès des générations antérieures de votre famille, il est conseillé de débuter le dépistage plus jeune et à une fréquence annuelle. De plus, si vous sentez au niveau des seins une masse palpable, consultez immédiatement un professionnel de la santé qui vous fera passer une mammographie s’il juge nécessaire d’effectuer ce test.

Que faut-il savoir avant l’examen? Il n’est pas nécessaire d’être à jeun lors de l’examen. Puisqu’il s’agit d’une radiographie, l’idéal est de retirer tout type d’accessoire pouvant nuire à la mammographie, soit les bijoux, le désodorisant, la crème pour le corps, le parfum, etc. Il est préférable d’éviter de porter une robe lors de l’examen puisque vous devrez vous déshabiller jusqu’à la taille. Pour alléger les douleurs ressenties lors du test, il est conseillé de passer la mammographie 10 jours suivant le début des règles menstruelles. De plus, éviter de consommer durant les 2 semaines précédant l’examen certains aliments comme le café, le thé, le chocolat et les liqueurs brunes.

Est-ce douloureux? Ce test peut être douloureux pour une minorité de femmes. Majoritairement, il provoque une sensation d’inconfort qui, unique à chacune, peut varier de légère à sévère.

Quelle est la durée du test? Deux clichés sont pris de chaque sein. Chaque compression pour les clichés dure généralement de 10 à 15 secondes. L’examen complet a une durée moyenne de 15 minutes.

Comment ça se passe? Pour procéder à la mammographie, vous devez vous tenir debout torse nu. Puis, un premier sein sera déposé su la plaque de l’appareil entre la pellicule photographique et le panneau de compression. Tel que mentionné plus tôt, deux clichés seront pris, un vertical et l’autre à 45 degrés. Puis le processus recommence avec le deuxième sein. La compression des seins est nécessaire pour de multiples raisons, par exemple : obtenir une meilleure image du sein en séparant les structures qui se superposent, augmenter la précision par rapport aux détails, diminuer les mouvements lors de la prise de cliché et diminuer la quantité de radiation requise pour effectuer le test.

Que faut-il savoir sur les résultats? D’abord, il est bien de savoir que certains éléments ou facteurs peuvent affecter la lecture d’un résultat. Le test ne risque pas d’endommager quoi que ce soit, mais il est nécessaire de mentionner à la technologue, si c’est le cas pour vous, que vous portez des prothèses mammaires ou que vous avez subi une chirurgie mammaire avant d’effectuer la mammographie. Par la suite, les résultats sont assez prometteurs puisque neuf fois sur dix, ils seront normaux. Le 10% restant nécessitera des examens additionnels afin d’obtenir plus de précisions sur la nature des résultats et de s’assurer du diagnostic final. En effet, une mammographie peut déceler un kyste, un abcès, une inflammation du mamelon, des masses bénignes ou malignes ou bien des microcalcifications.

 

Il est conseillé de consulter un professionnel de la santé ou son médecin de famille afin d’être référé à un spécialiste qui pourra vous évaluer et vous proposer des solutions adéquates et adaptées à vos besoins.

 

Sources :
Proxim test PAP, Proxim mammographie