Effort

L’incontinence à l’effort ou l’incontinence de stress représente 1 personne sur 2 parmi ceux qui sont atteints d’incontinence urinaire. Qu’il s’agisse d’un petit ou grand effort, ce type d’incontinence affecte les femmes de tout âge. La fuite peut se produire lors de moments banals tels qu’un éternuement, une toux, un rire. Toutefois, il peut s’agir d’effort physique plus considérable comme le soulèvement d’une charge, le saut, la course, etc. Le principal traitement recommandé est l’entraînement progressif des muscles du plancher pelvien à l’aide d’exerciseurs Kegel.

 

Impériosité

En bref, l’impériosité, aussi nommée vessie hyperactive (VHA), se manifeste par des contractions du muscle de la vessie nécessitant un besoin immédiat et incontrôlable de vider la vessie alors qu’elle n’est pas pleine. Contrairement à la nycturie que nous verrons un peu plus loin, l’impériosité peut survenir autant le jour que la nuit et à une fréquence moyenne de 8 fois par jour. Certains traitements pharmaceutiques peuvent aider à diminuer les épisodes d’impériosité selon les cas. Certains professionnels de la santé suggéreront cependant une approche plutôt conservatrice : la thérapie et la rééducation du plancher pelvien. À ce moment, l’utilisation des dilatateurs vaginaux et/ou des exerciseurs Kegel peut être une solution intéressante.

 

Mixte

Il existe un type d’incontinence mixte combinant 2 symptômes à la fois. En effet, les personnes qui en souffrent auront donc les symptômes de l’incontinence due à l’effort ou au stress en plus de l’incontinence par impériosité. Parmi les personnes atteintes d’incontinence, 32% affirment qu’il s’agit d’incontinence mixte, le plaçant à la deuxième position juste après l’incontinence due à l’effort et avant l’incontinence par impériosité. Les traitements sont alors assez similaires, soit l’utilisation des exerciseurs Kegel pour aider à raffermir et renforcer les muscles du plancher pelvien.

 

Regorgement

De manière simplifiée, le regorgement se produit lorsque la vessie atteint sa capacité de remplissage et que l’individu est dans l’incapacité de la vider complètement. Les principaux symptômes sont l’absence du besoin ou de l'envie d’uriner ainsi qu’un jet urinaire lent et plutôt faible. Le surplus d’urine dans la vessie peut se trouver tellement grand que le corps sera dans l’obligation d’évacuer fréquemment afin d’éviter un regorgement. L’accommodement suggéré pour éviter un traitement radical consiste à accorder suffisamment de temps pour vider entièrement la vessie.

 

Fonctionnelle

Contrairement aux autres types d’énurésie, l’incontinence fonctionnelle n’affecte pas les individus possédant un fonctionnement normal des voies urinaires. En effet, il crée plutôt un impact chez les personnes se trouvant dans l’impossibilité ou dans la difficulté de se rendre à la toilette lorsque nécessaire. Cela provoquera une fuite urinaire involontaire et non désirée. Certains facteurs peuvent causer une accessibilité réduite tels qu'un handicap, un problème physique ou cognitif, l’aménagement des lieux ou la prise de certains médicaments. Du coup, le traitement sert à adapter les lieux pour y améliorer l’accessibilité et encourager la personne affectée à se déplacer pour combler l’envie d’uriner. Dans certains cas, l’aide d’un physiothérapeute ou d’un ergothérapeute pourrait être nécessaire. Il se pourrait aussi que vous ayez à consulter un pharmacien afin de vous assurer que la prise de certains médicaments ne cause pas d’incontinence fonctionnelle.

 

Nycturie

En définition, la nycturie aussi appelée énurésie nocturne est le fait de devoir se lever à maintes reprises durant la nuit pour devoir uriner, fragmentant ainsi le sommeil. Les hommes et les femmes sont affectés par ce problème qui touche majoritairement les personnes âgées de plus de 50 ans (près de 50% de la population). Aux effets secondaires de l’incontinence urinaire s’ajoute celui de la fatigue extrême. Plusieurs traitements sont suggérés afin d’améliorer la qualité du sommeil dont celui de s’abstenir de boire des liquides en soirée, uriner selon une routine préétablie, promouvoir une bonne hygiène ainsi qu’utiliser les boules Kegel pour renforcer les muscles du plancher pelvien. Il peut être judicieux de consulter un professionnel de la santé puisqu’il se peut que la nycturie persiste malgré les traitements.

 

Sources :
Clinique Avenir MD, Profession Sante, Canadian Continence