libido1

 

Qu’est-ce que c’est ?

En fait, la dysfonction sexuelle chez la femme se traduit par l’impossibilité de ressentir de manière complète, saine et agréable, tous éléments directement ou indirectement en lien avec l’acte sexuel. Ces éléments sont catégorisés en trois étapes : la phase du désir, la phase de stimulation ainsi que la phase de l’orgasme. Ces trois phases sont à la fois très similaires et très distinctes. En effet, elles sont toutes en lien avec l’activité sexuelle, mais se différencient par une ouverture et une envie, par une sensation et une appréciation, puis finalement, par l’épanouissement et la satisfaction. 



Les causes de la dysfonction sexuelle

Ce problème peut être causé par un trouble physique, physiologique (mécanique), psychologique (mentale) ou relationnel. 

 
Troubles physiques et physiologiques :

  • Une mauvaise forme physique.
  • La prise de certains médicaments.
  • L’utilisation de drogues ou la prise en excès d’alcool.
  • La consommation de cigarette peut parfois affecter le désir sexuel.
  • Tout problème relié au bon fonctionnement des zones érogènes peut avoir un impact négatif.
  • Tout dérèglement hormonal tel que la ménopause, la grossesse, l’allaitement, etc.
  • L’endométriose : une muqueuse utérine se forme en dehors de l’utérus et résulte en des saignements abondants et douloureux.
  • La cystite : une inflammation de la vessie due à une infection urinaire.
  • La sècheresse vaginale : l'amincissement des tissus du vagin est provoqué par une diminution des taux d’œstrogène, il y a alors un manque d’hydratation et de lubrification vaginale naturelle ainsi qu’une perte d’élasticité.
  • La vaginite : une inflammation de la vulve et/ou du vagin ou bien d’un écoulement vaginal anormal. La cause est souvent liée à une infection. Elle se manifeste par des irritations, des démangeaisons ou des sensations douloureuses.
  • L’hypothyroïdie : un trouble qui survient lorsqu’il y a une production faible ou insuffisante d’hormones par la glande thyroïde. 

 

D’autres causes physiques peuvent survenir comme le diabète, la sclérose en plaques ou la dystrophie musculaire.


Troubles psychologiques :

  • La fatigue est l’une des causes les plus courantes qui provoquent une baisse de libido. Que ce soit un manque de sommeil, les enfants, les tâches ménagères ou de longues heures au bureau, l’acte sexuel n’est plus aussi alléchant tard en soirée suite à une journée exténuante. 
  • L’anxiété, souvent reliée au travail, à la fatigue ou à un manque de temps, affecte énormément le niveau de plaisir d’un individu. Il est important de ne pas être affecté par le stress lors de préliminaires puisque ce dernier peut causer une sècheresse vaginale et réduire considérablement la quantité de plaisir au moment de l’acte. 
  • Un traumatisme de l’enfance peut avoir un impact majeur sur la vie sexuelle d’une personne. Parfois, il s’agit de traumatismes liés à une agression ou à la violence. Dans d’autres cas, il est plutôt question d’une éducation ou de pensées religieuses négatives sur les rapports intimes. Ces souvenirs ou ces apprentissages reçus à un très jeune âge peuvent d’ailleurs accompagner un adulte tout au long de sa vie. 
  • La dépression est une cause qui peut être difficile à diagnostiquer. Cependant, afin de soutenir notre partenaire, il est bien de savoir que la baisse de libido est un symptôme très courant de la dépression.
  • Une mauvaise affirmation de soi est aussi en cause tant au niveau psychologique que physique. 
  • La pression mise sur soi-même afin de bien performer peut créer l’effet contraire et affecter négativement les performances lors de rapports intimes. 


Troubles relationnels : 

  • La bonne harmonie dans un couple est essentielle à la fois dans la vie quotidienne et lors de rapprochements intimes. Les petites choses font toute la différence lorsqu’il est question de la chimie entre deux personnes partageant leur vie.
  • La connaissance d’un moment d’infidélité de la part de son partenaire peut engendrer l’absence de désir causée par un manque de confiance envers son partenaire et une baisse de l’estime personnelle.
  • L’absence ou la diminution de la communication tant au niveau des compliments et des bons commentaires que des remarques, des suggestions ou des insatisfactions en ce qui concerne les désirs ou les besoins lors de relations intimes. 
  • L’apparence physique de soi ou de notre partenaire est un facteur courant d’une baisse de libido. Par moment, il arrive de ne plus avoir d’intérêt physiquement pour notre partenaire.
  • Les fantasmes envers d’autres personnes que notre partenaire peut affecter nos pensées et nos attentes au moment du désir ou du plaisir. 
  • Avoir de trop grandes attentes face à la performance et à la fréquence de l’acte sexuel peut créer de la pression négative sur soi ainsi que sur son partenaire.

 
 

Les symptômes

 

  • Une libido diminuée, voire complètement inexistante. 
  • Un sentiment d’indifférence ou même de répulsion envers l’activité sexuelle.
  • Une incapacité ou un désintérêt d’atteindre l’orgasme.
  • Des orgasmes en plus petites quantités, de moins longue durée et/ou d’intensité plus faible.
  • Une douleur ou un inconfort lors de l’acte sexuel.
  • L’inconfort à la nudité face à son partenaire.
  • L’incapacité d’imaginer des fantasmes ou un désintérêt à tenter de nouvelles choses.

 

 
Sources :

Santé Chez Nous, Canal Vie